Maoris–Springboks 1956 : l’affaire Corbett

1956, tournée des Springboks en Nouvelle-Zélande. Dans une sorte de lever de rideau à la série de tests, les Maoris s’apprêtent à défier une équipe que l’on désigne alors comme la meilleure du monde. La foule y croit. Les joueurs aussi. Jusqu’à ce que la politique fasse son entrée dans le vestiaire néo-zélandais…

Cet article est une synthèse d’un article paru le 13 avril dernier dans le New Zealand Herald

Muru Walters, l’ancien centre maoris, aujourd’hui évêque anglican à Otaki, vient de révéler que les autorités politiques néo-zélandaises auraient demandé aux Maoris de laisser la victoire aux Springboks dans l’intérêt des All Blacks et « pour l’avenir du rugby. »

L’intérêt supérieur du rugby néo-zélandais
L’affaire se déroule en 1956 au cœur d’une tournée qui vit enfin les All Blacks battre les Springboks. Avant la série de tests, les Sud-Africains devaient affronter les Maoris, une solide sélection capable de rivaliser avec les meilleures nations mondiales.

Walters raconte qu’avant le match, Ernest Corbett, ministre des affaires maories, aurait rendu visite à la sélection maorie dans leur vestiaire de l’Eden Park pour leur dire que s’ils gagnaient les All Blacks ne seraient plus jamais invité en Afrique du Sud. « Je pensais que M. Corbett plaisantait, poursuit Walters, mais un autre fonctionnaire est venu nous voir et nous a dit la même chose. »

Devant 61 000 personnes, les Maoris perdirent 37 à 0. Walters confie que cette consigne a « détruit le moral de ses partenaires. Nous avons joué comme des filles (…) Le score était incompréhensible… les gens étaient abasourdis. Cette défaite écrasante a été ressentie comme un grand choc. »

Walters aurait aimé que la NZRFU autant que le gouvernement néo-zélandais présentent leurs excuses pour le traitement infligé aux Maoris. Au contraire, les dirigeants néo-zélandais ont préféré exclure les Maoris de leurs sélections pour les tournées en Afrique du Sud afin de ne pas froisser le régime de l’Apartheid. Ainsi, en 1960, comme en 1928 et en 1949, c’est une sélection néo-zélandaise entièrement blanche qui se rendit en Afrique du Sud et en revint battue à plate-couture.

« Un groupe d’hommes de couleurs »
L’article du New Zealand Herald rappelle pour finir qu’en 1921, alors que les Springboks avaient difficilement battu les Maoris à Napier lors de leur première confrontation, le journaliste sud-africain Charles Blackett s’était fendu d’un compte-rendu inflammatoire : « il est déjà suffisamment désagréable d’avoir à jouer cette équipe officiellement désignée comme les autochtones néo-zélandais mais le spectacle de milliers d’européens applaudissant frénétiquement un groupe d’hommes de couleurs à la défaite des hommes de leur propre race était trop pour les Springboks qui ont été franchement dégoûté. »

Publicités
Tagué , , ,

Une réflexion sur “Maoris–Springboks 1956 : l’affaire Corbett

  1. Bariz dit :

    « The Serie of the Century » comme l’ont appellés les Néo-Zélandais. Ce fut une grande année pour le pays au long nuage blanc: essort économique galopant, le plein emploi, un niveau de vie rarement atteint et une très grande équipe qui gagne sa première série face à au grand ennemi!
    C’est d’ailleurs le sujet principal du reportage d’ESPN sur la dualité All Blacks/Springboks dont vous parlez dans un de vos articles. Car il faut ajouter que 56 marqua un tournant dans l’histoire du rugby, une passation de pouvoir entre les deux colosses de l’hémisphère sud. Les Springboks ont dominés la première partie du 20ème siécle en ayant été les premiers a remporter un Grand Chelem en Europe et à vaincre les Blacks chez eux en 37. Après 56, la tendance s’est progressivement inversée et le rugby sud-africain s’est mi à décliné sensiblement.
    Mais qui sait ce qu’aurait été le sort des rencontres entre ces deux nations si les maoris avaient, depuis le début, reçus l’autorisation de jouer sur le sol su-africain? En 28, avec des stars comme Jimmy Mill à la mêllée ou George Népia à l’arrière, les Blacks auraient, peut-être, été en mesure de donner la leçon aux Boks.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :