2 ou 3 choses sur… le Bouclier de Brennus

Depuis 1892, il est l’objet de toutes les convoitises des amateurs de rugby. Même les joueurs étrangers, de l’hémisphère sud comme du Royaume Uni, ont succombé à son charme. Retour sur la création et les péripéties vécues par le vénérable bout de bois

Ses surnoms – Le bout de bois ou le Planchot (Planxot en catalan)

Ses origines – C’est en 1892 pour récompenser le champion de France qu’en mis en jeu pour la première fois le Bouclier de Brennus. L’histoire officielle dit  que Charles Brennus, fondateur du SCUF et graveur de profession, en est bien l’auteur et qu’il se serait basé sur un dessin du baron de Coubertin.

« Rameau d’olivier moderne, il hante les nuits des rugbymen. C’est le symbole absolu, la proie mythique. C’est le regard malicieux et érotique de la plus belle des muses. »

Daniel Herrero, « Passion ovale » : éditions du Rocher, 1990

Honneur au SCUF – Par deux fois, le club de Charles Brennus parvint en finale du championnat (1911 et 1913) mais ne l’a jamais remporté. Par contre, chaque année, ce sont des cadets du SCUF qui remettent le trophée aux vainqueurs.

Entretien et rénovation – Longtemps exilé dans le Sud-Ouest, le Brennus profita de son retour dans la capitale en 1959 à la faveur du titre du Racing pour se refaire une beauté. Il subit une seconde cure de jouvence dans les années 1990. Aujourd’hui, l’original ne quitte plus les murs de la fédération et c’est une réplique qui est remise aux champions de France.

Plus d’informations et d’anecdotes sur Wikipedia

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :