Springbok vs Protea : histoire d’un emblème

Rugueux à l’extrême, parfois violents, les Springboks restent les Springboks même si leur style de jeu ne correspond en rien aux caractèristiques de leur emblématique animal. Ils ne sont pas prêts d’en  changer. Pas même pour une petite fleur…

1906 – L’adoption du Springbok
C’est à l’occasion de leur première tournée en Grande-Bretagne en 1906-1907 que les Sud-Africains adoptent le symbole du Springbok, un symbole que les journalistes s’empressent d’utiliser comme surnom de cette équipe. Le Springbok (littéralement  « bouc sauteur » en Afrikaner) est un animal représentatif d’Afrique méridionale.

Selon les commentateurs de l’époque, la réussite de cette tournée (Grand Chelem) a fait naître un sentiment de fierté en Afrique du Sud, contribuant à dissiper le ressentiment envers les britanniques nés lors des deux guerres des Boers (1880-1881 et 1899-1902).

Le symbole du Springbok est donc resté sur les maillots sud-africains, subissant toutefois quelques variations d’apparence au fil des ans. D’abord symbole du régime de l’Apartheid et donc de la division d’une nation, il allait devenir prés d’un siècle plus tard celui de l’union.

1994/1995 – Springbok – Protea : 1-0
Avec la fin du régime de l’Apartheid, le temps est à la réconciliation nationale. Logiquement, on chasse tout ce qui rappelle l’ancien régime et le Springbok devient une des préoccupations du gouvernement de l’ANC. En 1994, l’ANC veut imposer la Protea (un « genre de plantes de la famille des Proteaceae » nous dit wikipedia) comme emblème de toutes les équipes nationales y compris de la sélection de rugby.

« Je n’ai jamais eu la chance de me frotter aux grands du rugby blanc, mais, aujourd’hui, nous jouons ensemble et les Springboks jouent pour nous tous. »

Mais l’idée est abandonnée lors de la coupe du monde 1995 à l’initiative de Nelson Mandela.  La victoire des hommes de François Pienaar et toute la symbolique qui l’entoura va permettre au Springbok de perdurer une dizaine d’années supplémentaires comme symbole du rugby sud-africain.  « Je n’ai jamais eu la chance de me frotter aux grands du rugby blanc, expliquait  Dan Qegen « père du rugby noir », mais, aujourd’hui, nous jouons ensemble et les Springboks jouent pour nous tous. »

2008 – Springbok – Protea : 1-1
En juin 2007, l’ANC revient à la charge et parvient à la faire approuver en décembre lors du congrès de Polokwane. Mais entre temps, les Boks ont remporté un second titre de champion du monde. Difficile dans ces conditions de leur imposer le Protea comme seul emblème.

« Je pense qu’il faut savoir pardonner sans pour autant oublier. Que ça nous plaise ou non, le springbok fait partie de chacun de nous. »

La polémique enfle rapidement et l’on trouve même des partisans du Springbok parmi les noirs. Andrew Talliard, président à vie du Progress Rugby Club fondé l’année où l’équipe nationale de rugby a adopté le springbok et qui fut jusqu’en 2003 un club de métis du Cap, explique : « J’ai une veste avec un springbok qui m’a été donnée par la fédération pour mon engagement dans le rugby depuis des années, entre autres au sein du SACOS (South African Council on Sport, une organisation non raciale). C’est un beau symbole, et un symbole unificateur. Malgré son passé, le springbok ne me pose aucun problème. Nous devrions le garder. Je pense qu’il faut savoir pardonner sans pour autant oublier. Que ça nous plaise ou non, le springbok fait partie de chacun de nous. »

Au final, il fut décidé de faire cohabiter sur le maillot des rugbymen sud-africains springbok (à gauche) et protea (à droite)

[sources]
Courrier International du 20 mars 2008

Advertisements
Tagué

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :