Le Ranfurly Shield

CULTURE RUGBY – Compétition centenaire, le Ranfurly Shield fut longtemps l’épreuve phare du rugby néo-zélandais. Aujourd’hui éclipsé par le NPC et plus encore par le Super 14, il perdure en conservant le charme désuet de la tradition.

ORIGINES
En 1901, le gouverneur-général de Nouvelle-Zélande, le compte de Ranfurly, un passionné de rugby, offre une coupe à la fédération néo-zélandaise sans définir la compétition à laquelle il doit être attribué. La fédération décide l’année suivante de l’offrir à la province d’Auckland pour la récompenser de son parcours tout au long de l’année.
Elle demande aussi aux dirigeants d’Auckland de le remettre en jeu contre tous les challengers qui lui lanceront un défi. Mais, une tournée en Australie étant prévue pour 1903, il faut attendre 1904 pour assister au premier match ayant pour enjeu le Ranfurly Shield.

EVOLUTIONS
Le principe du Ranfurly Shield est simple et il a peu changé au fil des ans. A l’origine, n’importer quelle sélection provinciale pouvait y prétendre. Il lui suffisait de lancer un défi au tenant et en cas de victoire, c’est le challenger qui emportait le trophée. Les matchs devaient avoir lieu sur le terrain du tenant mais celui-ci pouvait accepter de mettre son trophée en jeu sur le terrain de son challenger.
Depuis 1976 et la création du NPC, tous les matchs à domicile (sauf ceux du deuxième tour et des phases finales) du tenant ont pour enjeu le Ranfurly Shield. Des défis peuvent toutefois être lancés hors NPC pour perpétuer la tradition et permettre aux équipes des divisions inférieures de défier les équipes de première division.

PALMARES
Wellington, qui fut le premier challenger, fut aussi le premier gagnant du Ranfurly Shield en l’emportant en 1904 sur Auckland (6 à 3). C’est aussi la sélection qui, dans l’histoire du trophée, le conserva le moins longtemps : sept jours en 1973.
Plusieurs équipes ont imposé un règne de longue durée sur le Ranfurly Shield : après sa défaite inaugurale, Auckland le récupéré très vite pour le conserver jusqu’en 1913 ; dans les années 1920, Hawke’s Bay le conserve de 1922 à 1925 ; dans les années 1980, le règne de Canterbury (25 victoires consécutives de 1982 à 1985) est interrompu par l’émergence de la grande équipe d’Auckland qui le conservera de 1985 à 1996. Cette longévité et ses 61 défenses victorieuses ont établi un record quasi-imbattable.
Au total, on dénombre 16 provinces (sur les 23 qui composent le rugby néo-zélandais) ont inscrit au moins une fois leur nom au palmarès du Ranfurly Shield.

Publicités
Tagué ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :