Moss Keane : roux, dur et dingue

PORTRAIT | Figure du rugby du Munster et de l’Irlande dans les années 1970 et 1980, Moss Keane est mort le 5 octobre dernier. Revue de presse des hommages qui lui ont été rendus.

L’anecdote est racontée par Brian Moore dans son article du 11 octobre dernier paru dans The telegraph. Elle a lieu à Lansdowne Road, le club de Moss Keane, en 1985, un an après que celui-ci ait mis un terme à sa carrière internationale. Alors qu’il attendait le début du match, son entraîneur pénétra dans le vestiaire et lui ordonna de sortir pour aller s’échauffer. Mais comme Keane n’en ressentait pas le besoin, il lui répondit qu’il avait « suffisamment chaud. J’ai mis le chauffage dans la voiture pour venir. »

100% irish
C’est par ce type d’anecdote que Keane s’était rendu populaire en Irlande. Son biographe (1) le décrit comme le plus gentil et le plus doux des hommes, précisant qu’il n’était pas dans sa nature de refuser quoi que ce soit, à personne. Il lui fut pourtant difficile de lui arracher des informations car il détestait parler de ses heures de gloire, de peur de passer pour quelqu’un qui avait la grosse tête.

Ses souvenirs, Moss Keane aimait juste les partager avec ceux avec lesquels ils les avaient vécues et qu’il fréquentait encore régulièrement. Les témoignages le présentent aussi comme un homme d’une grande intelligence, capable de cerner instinctivement l’humeur de ses partenaires et de ses adversaires.

Mais si les Irlandais aimait cet homme, c’est aussi parce qu’il aimait plus que tout les 3ème mi-temps, un tempérament qui lui était venu avec le rugby. Avant le rugby, Keane était plutôt timide et ce n’est que lorsqu’il découvrit au rugby à l’université qu’il aima à boire et festoyer les soirs de match.

Auparavant, en bon irlandais, Keane pratiqua le football gaélique. Les règles de ce jeu lui interdisaient alors de pratiquer une discipline étrangère, à commencer par le rugby, le sport des Anglais. C’est un ami qui l’invita à participer à un match inter-université en 1970. Il s’inscrivit sous le pseudonyme de Moss Fenton. Ce n’est que l’année suivante, lorsque l’interdiction fut levée, qu’il put s’adonner au rugby plus régulièrement.

Ascension
Très vite, il comprend qu’il a un potentiel pour ce sport. « Vous n’avez pas besoin d’être un génie pour jouer deuxième ligne » expliquait-il. Keane connaît une ascension remarquable. Pour sa deuxième saison complète (1972-1973), il joue régulièrement avec la sélection du Munster et participe activement au nul obtenu face aux All Blacks (trois partout). En 1974, il débute avec le quinze d’Irlande à Paris contre la France lors du Tournoi, Tournoi qu’il remporte, une première pour l’Irlande depuis 25 ans.

Si son apport au jeu fut assez limité (Keane était un deuxième ligne rugueux et généreux comme on en rencontre beaucoup), il contribua à changer la perception du rugby auprès des Irlandais. Jusqu’alors, le rugby était exclusivement perçu comme le sport de classes moyennes, les plus proches de l’occupant anglais. En tant que fils de paysan, il attire la sympathie du cœur de la nation celte. Tony Ward, son partenaire en sélection et au Munster, estime d’ailleurs que « Keane a presque à lui seul amener un nouveau public au rugby ».

Les bons résultats de l’Irlande dans les années 1970 et au début des années 1980 y contribuèrent aussi. La suite de sa carrière va être marquée par une sélection avec les Lions contre les Blacks en 1977, un succès historique avec le Munster contre ces mêmes Blacks en 1978, une triple couronne et une nouvelle victoire dans le Tournoi des cinq nations en 1982.

Mais les succès ne changeait pas sa nature joyeuse, pas plus qu’ils n’altéraient son goût pour les troisièmes mi-temps. Barry Coughlan, journaliste à l’Irish Examiner, se rappelait que lors de ce tournoi 1982, à la veille d’un match décisif contre l’Ecosse, il avait retrouvé Keane et les avants irlandais dans un pub. Ils étaient « en train de boire quelques pintes dans un pub. Moss menait les débats, donnant le rythme des commandes. Je lui ai demandé comment il faisait pour boire ces bières et être prêt pour un tel match le lendemain. Il me répondit par une question : « Qu’est-ce que tu crois que les Ecossais sont en train de faire ? Ils sont dans un pub du coin. »

(1) Sa biographie « Rucks, Mauls and Gaelic Football » sortie en 2005 fut un best-seller.

SOURCES
“Tributes paid to ‘best known Kerryman’” : irish times,  6 octobre 2010
“Billy Keane: The happy warrior who played it hard and fair” : irish independent,6 octobre 2010
“Moss: Mad, marauding, magnificent” : irish examiner, 6 octobre 2010
“Moss Keane obituary” : the guardian, 7 octobre 2010
“Brian Moore : meek London Irish must find some of Moss Keane’s fighting spirit” : the telegraph, 11 octobre 2010

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :