Profil : Hugo Porta

Avant Porta, l’Argentine devait se contenter de matchs contre l’Uruguay, le Chili ou le Paraguay. Avec lui et ses 408 points inscrit sous le maillot des Pumas, elle s’est élevée au niveau des meilleurs.

CV

Né le 11 septembre 1951 à Buenos Aires, Hugo Porta fut près de devenir footballeur professionnel à Boca Junior. Mais c’est vers le rugby qu’il se tourna finalement en signant pour le club de Banco Nacion.
International à 20 ans en 1971contre le Chili, il s’impose d’emblée comme le stratège de la sélection argentine. En 1976, aprèsa voir raté de peu (19-20) l’exploit face à des Gallois sortant d’un Grand Chelem,  Mervyn Davies le cita dans son XV idéal. L’année suivante, il devenait le capitaine de l’équipe nationale, une charge dont il s’acquitta fort bien en inscrivant les 18 points du premier nul des Pumas contre la France.
1979 marque un tournant dans l’histoire du rugby argentin avec la victoire des Pumas en Australie 24 à 13. Porta va alors pouvoir se frotter aux meilleures nations mondiales, soit avec les Pumas, soit avec la sélection des Jaguars sud-américains qui effectua trois tournées en Afrique du Sud. En 1985, la rédaction de Midi Olympique l’élit meilleur joueur du monde et il se voit distinguer du prestigieux trophée Clarin Sportsman of the year, une récompense rare pour un rugbymen dans un pays où les footballeurs règnent en roi.
Il décide de mettre un terme à sa carrière internationale en 1987 après une triste coupe du monde. Il revint sur sa décision trois ans plus tard lors d’une tournée sans suite dans les îles britanniques.

 

Style

Les 408 points qu’il inscrivit sous le maillot des Pumas (plus les 66 sous celui des Jaguars) soulignent sa régularité dans les tirs au but. Mais Hugo Porta savait aussi utiliser la qualité de son jeu au pied pour animer le jeu de son équipe et reste pour beaucoup un excellent tacticien.

 

Fait marquant

Plutôt que d’un fait marquant, c’est de faits marquants dont il faut parler à propos d’Hugo Porta, tant ses coups de pieds ont permis aux Pumas de signer leurs plus beaux succès à la fin des années 1970 et dans la première moitié des années 1980.  En 1979, il inscrit 18 des 24 points de la victoire sur les Wallabies. En 1982, ses 21 points permettent aux Jaguars d’arracher leur seule victoire en trois tournées en Afrique du Sud. Mais ce qui restera comme son sommet, c’est le match de 1985 contre les All Blacks, un match au cours duquel il inscrivit une nouvelle fois tous les points de son équipe pour un nul historique (21-21), la meilleure performance à ce jour des Argentins face aux Néo-Zélandais.

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :