Karl Mullen : Citizen Karl

Gynécologue à la vie, Karl Mullen opérait également sur les terrains au point de se bâtir une solide réputation.

Bien avant Ken Kennedy ou  Keith Woods, le premier talonneur irlandais digne de ce nom fut Karl Mullen. Avant lui, l’Irlande était plutôt faiblarde à ce poste. C’est en tout cas ce que rapporte Sean Diffley dans le livre qu’il consacre au Grand Chelem irlandais de 1948 : « Jusqu’à l’arrivée de Mullen, écrit-il, les Irlandais n’ont jamais eu d’expert au talonnage. Ça ne semblait pas faire partie des compétences des joueurs irlandais. Beaucoup s’y était essayé, mais tous avaient été dépassés par l’opposition. Avec lui, les Irlandais sortaient enfin de l’embarras. »

Qualités hormonales
Cette place d’honneur dans l’histoire du rugby irlandais, Mullen l’a conquis non seulement pour ses qualités de talonneurs que pour le leadership qu’il exerça sur l’Irlande de l’Après-guerre, la première à avoir décroché un Grand Chelem dans le Tournoi.  Quand il rentrait sur le terrain à la tête de ses troupes, il lançait, rageur, un « Boot, bollock and bite ! » que l’on pourrait traduire par quelque chose comme « Mettez-leur des coups de pied dans les couilles et mordez-les ! ».

«  Mettez-leur des coups de pied dans les couilles et mordez-les ! »

Son leadership, il l’exerça avec l’Irlande, mais aussi avec les Lions dont il fut le capitaine en 1950. « Nous n’aurions pas pu avoir meilleur capitaine ou homme plus agréable, témoigne le Gallois Bleddyn Williams, son second dans l’aventure. C’était un joueur formidable et un merveilleux compagnon en dehors des terrains. Ce n’était pas un capitaine démagogue. Il connaissait le jeu et faisait en sorte que les joueurs aient une approche positive. Nous étions tous entraîneur lors de cette tournée et il s’était rapproché de moi pas uniquement parce que j’étais son vice-capitaine, mais surtout parce qu’il avait beaucoup de Gallois dans l’équipe. Il s’est occupé des avants et moi, des arrières. Il a été très juste avec moi et ce fut une tournée très heureuse. »

Fédérateur
Cette tournée en Nouvelle-Zélande ne restera pourtant pas comme le meilleur souvenir de Mullen. Pas parce qu’il avait hérité du capitanat après le désistement du Gallois John Gwilliam pour raisons professionnelles, mais parce qu’il ne disputa que le premier test de la série. Blessé, il dut ensuite renoncé au reste de la tournée.

C’est donc avec l’Irlande qu’il vécut ses meilleurs moments de joueur. Avec le XV du trèfle, il remporte donc le Grand Chelem en 1948 ainsi qu’une victoire finale et une Triple Couronne dans le Tournoi 1949. Dès ses premiers pas sous le maillot vert, il sentit le potentiel de cette équipe : « Nous étions tous convaincus que nous pouvions faire quelque chose de grand cette année-là. Notre jeu était bien équilibré et différent de nos adversaires grâce à un paquet d’avants très mobiles. Nous avons tout basé sur le rythme et le mouvement. Nous étions les premiers sur les zones de combat. »

« Je savais qu’à chaque fois que nous entrions sur le terrain, nous allions tout donner à 200% »

« J’étais un inconditionnel de la préparation physique, poursuit-il. Comment l’étaient Jack Kyle, Jim McCarthy ou Bill McKay. C’était formidable. Je savais qu’à chaque fois que nous entrions sur le terrain, nous allions tout donner à 200%. Il y avait de la confiance et un respect mutuel entre nous. Un lien naturel. Nous sommes devenus de vrais amis, une famille.

C’est donc quasi-naturellement que lui et sa bande potes décrochèrent ce Grand Chelem. « Nous avons été fêtés partout, se souvient-il. J’ai d’ailleurs trouvé étonnant que dans mon cabinet [NDLR : Mullen était gynécologue], des patients venaient me dire : « donc, vous êtes le gars qui a joué en 1948 ». »

SOURCES
“Doctor Karl Mullen: Rugby union player who led Ireland to their first Grand Slam and captained the Lions” : the independent, 29 avril 2009
“Karl Mullen sounded Ireland’s victory call in 1948” : the sunday times, 2 février 2008
“Mullen kin tire, but never fade” : the observer, mars 2003

Advertisements
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :