L’équation Colin Meads

En Nouvelle-Zélande, Colin Meads, malgré son implication dans l’aventure des Cavaliers, ça reste une légende. Tentative d’explication à travers un comparatif avec nos contemporains.

20% Courtney Lawes

Comme le deuxième ligne de Northampton et du XV de la Rose, Colin Meads n’a pas mis longtemps à se faire un nom dans le rugby néo-zélandais. En 1955, à seulement 19 ans, il fait ses débuts avec la province de King Country (à laquelle il restera fidèle tout au long de sa carrière). Pour ses débuts, il s’offre le luxe d’inscrire un essai et… un drop.
Deux ans plus tard, c’est sous le maillot des All Blacks qu’on le retrouve lors d’un test contre l’Australie. Il joue alors flanker. Rapidement, il va délaisser la troisième ligne pour s’installer définitivement en deuxième ligne.

45% Bakkies Botha

Avec le deuxième ligne des Springboks, Colin Meads partage deux choses : une carrure physique impressionnante et un jeu d’une rudesse extrême. Le journaliste sud-africain Fred Labuschagne ne décrivait comme « un superman musclé qui terrorisa les reste de la planète rugby ». Il ajoutait que son « nom a éclipsé jusqu’à ceux d’artistes du paquet d’avants comme Kevin Skinner, l’incroyable Tiny White ou le héros de granit de Whangarei, Peter Jones ».

Joueur d’un courage exceptionnel – il n’était jamais blessé ou du moins ne le montrait-il jamais -, Meads était aussi incroyablement agressif sur les terrains. Il fut ainsi le deuxième joueur néo-zélandais (après Cyril Brownlie) à se faire expulser lors d’un test match. C’était à Murrayfield en 1967 pour un placage à retardement. « Pour un joueur comme Colin Meads, pouvait-on lire le lendemain dans le Daily Telegraph, connu dans le monde entier pour sa rudesse, c’est comme si un cambrioleur était jeté en prison pour stationnement interdit. »

Malheureusement, cette agressivité pouvait être dangereuse comme à l’occasion de ce test de 1968 face aux Wallabies. Il fut accusé par les Australiens d’avoir provoqué la blessure du célèbre demi de mêlée wallaby Ken Catchpole qui l’obligea à mettre fin prématurément à sa carrière. « J’étais vraiment désolé pour lui, confessa-t-il dans sa biographie. L’arbitre ne m’a pas pénalisé mais aux yeux des Australiens, je n’étais qu’un gros bâtard. »

35% Richie McCaw

Outre la nationalité, Colin Meads et Richie McCaw ont en commun d’incarner chacun, dans leur génération, l’excellence du joueur All Black. Pendant toute sa carrière internationale (au cours de laquelle il côtoya un moment son frère Stanley), il n’eut pas vraiment de concurrent à son poste. Et sur la scène internationale, peu de joueurs purent rivaliser avec lui. Meads reconnaissait toutefois les qualités des Rhys Williams (Lions – 1959), Johan Claasen, Wyllie John McBride, Frik Du Preez, Benoît Dauga ou Elie Cester car il présentait des qualités similaires aux siennes. Autrement dit, l’assurance d’une bonne empoignade à chacune de leurs rencontres.

International sur trois décennies, de 1957 à 1971, il cumula 55 sélections avec les All Blacks (un record à l’époque) et un total de 133 matchs disputés avec ces mêmes All Blacks. Ce dernier record tient toujours. Au sommet jusqu’à la saison 1969-1970, Pinetree (le pin), comme on le surnommait, fut rappelé par les Blacks en 1971 pour la tournée des Lions dans le but de donner une âme à une équipe jeune et inexpérimentée que l’on n’avait pas su renouveler à temps. Malheureusement pour lui, c’était la saison de trop et il termina sa carrière sur un échec.

LES GRANDS DU RUGBY NEO-ZELANDAIS
Dave Gallaher : version originale
Profil : Cyril Brownlie
George Nepia : le kid de Wairoa
Michael Jones : un prophète
Keith Murdoch : l’homme qui choisit le bush
Fred Allen : ruck and rush

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :