Galles-Samoa 1991 : les possibilités d’une île

La 3ème place des Gallois en 1987 n’était qu’une illusion. Leur rugby était bien sur le déclin et les Samoans n’allaient pas se priver de le prouver dès leur entrée dans la coupe du monde 1991.

Pour les Gallois de Euian Evans, ce premier match de la coupe du monde 1991 contre les Samoa occidentales, c’est une plongée dans l’inconnu. OU presque. On ne connaissait pratiquement rien de leur rugby, les Samoans n’ayant pas été invités à la première coupe du monde contrairement à leurs voisins tongiens et fidjiens. La raison invoquée à l’époque était que cette sélection s’apparentait trop à une équipe des All Blacks « B » tant les liens avec la Nouvelle-Zélande était fort.

Côté gallois, on se rappelait simplement qu’ils les avaient déjà affrontés à deux reprises, les deux matchs s’étant soldés par des victoires : 32-14 en 1986 à Apia et 24-6 en 1988 à Cardiff. Les 3ème de la précédente coupe du monde pouvait donc s’avancer paisiblement vers ce match. Ils ne tardèrent pas à être surpris. Ieuan Evans et Mark Ring, deux des principaux acteurs du match, témoignent.

« A chaque fois que nos demis Robert Jones et Mark Ring essayaient de lancer du jeu, ils subissaient immédiatement la pression des Samoans »

« Ça peut paraître malvenu aujourd’hui mais c’est un match que nous aurions dû gagner » commence Evans, le capitaine.  « Tout le crédit leur en revient. Ils ont joué avec leurs tripes et nous, nous avons mal joué (…)
Dès que le coup d’envoi fut donné, les hommes du Pacifique, pour lesquels c’était la première participation à la coupe du monde, furent fidèles à leur réputation de gros plaqueurs. A chaque fois que nos demis Robert Jones et Mark Ring essayaient de lancer du jeu, ils subissaient immédiatement la pression des Samoans. »

Mark Ring, l’ouvreur gallois, se souvient qu’il n’était pas en pleine possession de ses moyens ce jour-là. « J’ai joué à l’ouverture toute cette saison mais je m’étais blessé au genou contre la France quelques semaines plus tôt.et je n’ai eu que trois semaines pour me soigner. Depuis les gens disent que j’ai joué avec un genou blessé alors que mon genou était guéri. Je n’étais simplement pas capable de faire toutes les courses et c’est seulement lors de notre dernier match contre l’Australie que je l’ai vraiment ressenti. »

« Nous savions que les Samoans étaient très physiques mais j’ai été déçu par la façon de jouer de nos trois-quarts »

Il balance surtout sur ses coéquipiers : « Nous savions que les Samoans étaient très physiques mais j’ai été déçu par la façon de jouer de nos trois-quarts. J’envoyais la balle vers l’extérieur pour nos centres pour qu’ils aient suffisamment d’espaces mais ils avaient une vision réduite et se font fait fracassés par des gens comme Frank Bunce. Ils n’ont pas été à la hauteur. Mike Hall, en particulier, a prouvé ce jour-là qu’il n’avait pas le niveau international. »

Plus sport, il rappelle aussi qu’il a « raté quelques coups de pied alors que s’ils étaient passés, tout aurait été différent ». Car s’il reconnait les qualités de ces surprenants Samoans, il a cru à la victoire jusqu’au bout : « Les Samoans étaient très compétitifs. Si notre mêlée les a dominés, en touche, ils ont été formidables. Pourtant, je n’ai pas pensé une fois que nous ne n’allions pas gagner. Je me souviens que vers la fin du match j’ai envoyé Ieuan Evans marquer en coin. Nous n’avions alors besoin que d’une seule opportunité pour prendre l’avantage. »

« Dieu merci, le Pays de Galles ne jouaient pas l’ensemble des Samoa »

Les Gallois ne parvinrent jamais à recoller au score et c’est au contraire les Samoa qui remportaient leur premier match de coupe du monde 16-13. Les Samoans avaient créé la première véritable surprise de la coupe du monde en s’appuyant sur une ligne de trois-quarts talentueuse avec des joueurs comme Apollo Perelini, Frank Bunce ou Brian Lima, sans oublier Stephen Bachop pour animer le jeu et Pat Lam pour guider les avants. Après le match, les supporters gallois, imaginant qu’il existait des Samoas orientales, ironisaient en disant : « Dieu merci, le Pays de Galles ne jouaient pas l’ensemble des Samoa ».

Ces Samoans allaient poursuivre leur parcours jusqu’en quart de finale où ils tomberaient face à l’Ecosse. Pour les Gallois, c’était déjà la fin de la coupe du monde, cette défaite entérinant le déclin de cette nation. « A la fin du match, se souvient Ring, nous avons senti que nous avions rabaissé le pays. Il y avait un énorme poids sur nos épaules. C’était sans doute la plus belle victoire jamais remportée par les Samoa mais ça, nous n’en avons pas eu immédiatement conscience. »

« Ce jour-là fut probablement le pire que j’ai connu comme joueur. C’est quelque chose de vraiment horrible que je ne souhaite pas à mon pire ennemi. »

« Ce jour-là fut probablement le pire que j’ai connu comme joueur, poursuit Evans. En tant que capitaine, j’ai ressenti une grande responsabilité dans cet échec. C’est quelque chose de vraiment horrible que je ne souhaite pas à mon pire ennemi (…) Cette défaite face aux Samoa a montré que le rugby gallois s’était détérioré, qu’il avait laissé passer quelque chose. Il a encore fallu dix ans avant qu’il ne se passe quelque chose. Nous n’avons certainement eu que ce que nous méritions après des années où les coachs valsaient et où les joueurs se succédaient en sélection. Nous n’avons pas maitrisé l’évolution du rugby moderne. »

A LIRE AUSSI
Coupe du monde 1991 : la rétro

SOURCES
« 1991: W Samoa 16-13 Wales » : bbc, 24 septembre 2003
“6 October 1991: Western Samoa beat Wales in the rugby World Cup” : the guardian, 3 octobre 2009
“Samoa stun wretched Wales by Ieuan Evans” : bbc, 6 octobre 2003

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :