Les coupes du monde de Raphael Ibanez : 1999

L’histoire de Raphael Ibanez avec le XV de France commence vraiment au soir de la raclée subie face aux Springboks pour la fermeture du Parc des Princes en 1997. Skrela et Villepreux décident alors de virer quelques vieux (à commencer par le capitaine Saint-André) pour faire de la place aux jeunes pousses. C’est ainsi qu’Ibanez est titularisé au talonnage pour le match suivant contre l’Angleterre avec la charge de capitaine.

Malgré un Tournoi 1999 catastrophique suivi d’une tournée estivale désastreuse, il le restera jusqu’à la coupe du monde. Devant faire le joint entre les entraîneurs et un groupe qui ne croyait plus guère dans les plans de jeu proposé, le Dacquois n’eut pas la tâche facile. Mais s’en tira plutôt bien ne serait-ce que par le résultat obtenu.

L’ouverture contre le Canada
« Nous avons fait la différence en marquant des essais sur des ballons de récupération, pas sur des actions extrêmement construites. Ça nous a laissé encore pas mal de doutes sur la capacité de l’équipe a réellement imposé son jeu. Nous étions encore bien loin, après ce match, de trouver des repères collectifs. »

Le quart contre l’Argentine
« Tout le monde nous avait prédit l’Irlande à Dublin ; une sortie prématurée de l’équipe de France en quarts de finale dans l’enfer vert, face à des Irlandais galvanisés par leur public de Lansdowne Road. Et puis dans la semaine, l’Argentine bat l’Irlande à Lens. Contre toute attente, on se retrouve face aux Argentins à Dublin. Peut-être un coup de pouce du destin… »

« Nous laissons enfin derrière nous tout cet entourage pesant qui nous empêchait de trouver une unité au sein du groupe »

« En quittant la France, nous nous retrouvons réellement seuls, entre nous, et je suis certain que c’est un élément qui a joué pour ce match. Nous laissons enfin derrière nous tout cet entourage pesant qui nous empêchait de trouver une unité au sein du groupe. Conséquence : nous arrivons pour la première fois  à jouer un match assez libéré, assez plein. Je dirai même un match assez accompli, parce que, contre les Argentins, ça n’est jamais facile. »

La demi contre les Blacks
« Juste avant le coup d’envoi, comme une sorte de cri, de chant collectif, nous avons entonné La Marseillaise. L’idée venait de Fabien Galthié, je crois me souvenir qu’il m’en avait parlé dans les vestiaires, je lui ai dit OK et tout le monde a suivi. Ça, c’est fort ! On était prêt à tout ce jour-là. »

« Ce match est le plus grand coup de pied au cul qu’on ait mis dans l’histoire du rugby »

« Je ne me souviens pas des dernières minutes, en revanche, je me souviens d’une réflexion de Marc Liévremont qui nous a dit après l’un des derniers essais : « Les mecs, regardez-les ! Regardez-les dans les yeux, ils n’en veulent plus ! Ils ne savent plus où ils sont ! ». C’était vrai. Chez les Blacks, il y avait une sorte de surprise, ils étaient abasourdis par le renversement. Ce jour-là, on a renversé une montagne. De là à l’expliquer, c’est un peu plus compliqué. »

« Ce qui m’amuse encore aujourd’hui, c’est que ce match est le plus grand coup de pied au cul qu’on ait mis dans l’histoire du rugby. Lorsqu’on m’en reparle, j’ai ce petit sourire au fond de moi. J’en suis fier. »

La finale contre les Wallabies
« J’ai eu le sentiment presqu’immédiat que nous ne trouverions pas la solution, un sentiment d’impuissance réelle à déstabiliser l’adversaire. »

« Tu peux avoir des regrets si tu rates la dernière passe ou un coup de pied. Mais là, ce n’était pas le cas »

« Je n’ai pas de regret particulier sur la finale parce que je pense que nous n’étions pas en mesure de gagner. Tu peux avoir des regrets si tu rates la dernière passe ou un coup de pied. Mais là, ce n’était pas le cas. Les Australiens étaient trop forts, alors on s’est défendus avec nos armes, en dépassant parfois un peu la limite. »

LES COUPES DU MONDE DE RAPHAEL IBANEZ
Sa coupe du monde 2003
Sa coupe du monde 2007

A LIRE AUSSI
Coupe du monde 1999 : la rétro
Les coupes du monde de Fabien Galthié : 1999

Les coupes du monde d’Abdel Benazzi

A VOIR
[vidéo] La coupe du monde 1999 par John Eales

SOURCES
Cédric Beaudou, Lionel Chamoulaud, « Paroles de capitaines » : Mango Sport, 2007
« Raphaël Ibanez a retrouvé la passion d’être Tricolore » : associated press, 9 novembre 2005
« Ibanez : confession d’un capitaine » : Le Figaro, 29 novembre 2007
« J’ai peut-être été trop loyal envers Laporte » : Libération, 1er décembre 2007
« Ibañez arrête, c’est officiel » : lequipe.fr, 10 janvier 2008

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :