Les coupes du monde d’Al Charron

« Je ne connaissais pas vraiment toutes les règles mais je savais que si notre équipe n’avait pas le ballon et que c’était l’adversaire qui l’avait, il fallait y aller ». Le rugby selon Al Charron, ce n’est vraiment pas un jeu compliqué. Il le découvre au Hillcrest High School d’Ottawa et le pratique pendant trois ans, de façon un peu dilettante, en plus du baseball. Ce n’est qu’au terme de ces trois d’années de tâtonnements qu’il va en faire son sport en prenant une licence au Ottawa Irish Rugby Club.

Peu après, en 1989, il est sélectionné pour la tournée de la sélection nationale canadienne en Nouvelle-Zélande et en Argentine. « J’étais tout neuf dans ce sport et là, je jouais pour l’équipe nationale seulement trois ans après l’avoir découvert et deux ans avant la coupe du monde, se rappelle-t-il. Je jouais avec Gareth Rees ou Mark Wyatt, des joueurs qui resteront comme quelques-uns des grands noms dans l’histoire du rugby canadien. Je savais que c’était ma chance. Je voulais la saisir et profiter de l’occasion pour prouver que l’équipe pouvait compter sur moi pour les matchs internationaux. »

Il fera suffisamment forte impression pour être retenu en 1991. Il fait alors partie de la meilleure équipe canadienne de l’histoire. Victorieuse de la Roumanie et des Fidji, elle s’incline de peu face à la France et se qualifie pour les quarts de finale. Les Canadiens n’auront que leur courage à opposer aux All Blacks mais ce fut suffisant pour mériter l’estime de leurs adversaires et du public.

Avec cette équipe, Al Charron va connaître ses plus beaux faits d’armes entre les coupes du monde 1991 et 1995. Il y a d’abord en 1994 le traquenard d’Ottawa, sa ville, où ils font chuter un XV de France en route vers un doublé historique en Nouvelle-Zélande. Il y a surtout cette victoire en 1993 à Cardiff contre le Pays de Galles. « C’est la plus forte des équipe que nous avons battu sur son terrain. Nous avons été menés pendant tout le match et dans les dernières secondes, j’ai inscrit l’essai qui permettait d’égaliser. C’est mon ami Gareth Rees qui nous a donné la victoire en le transformant. C’était un vrai choc pour nos adversaires parce qu’au rugby, le Pays de Galles c’est comme le Canada au hockey… C’était un moment surréaliste. Nous avions battu le Pays de Galles au Pays de Galles. »

Malheureusement, la coupe du monde 1995 ne fut pas à la hauteur de ces deux performances. Il est vrai que les Canadiens tombent dans un groupe difficile dont sortent l’Australie, championne du monde en titre, et l’Afrique du Sud, future vainqueur. Mais Al et ses coéquipiers ne se défilent pas, surtout pas contre les Springboks.

L’arrivée du professionnalisme dans le rugby va lui permettre de vivre une nouvelle aventure. En 1997, il quitte Ottawa pour les Bristol Shoguns. On ne retrouvera ensuite du côté de Pau (où il ne resta qu’une seule saison mais dont il fut le capitaine), Dax et Moseley avant de retourner au Canada. « Ça a été du bonus pour moi que le rugby soit devenu professionnel, explique-t-il. J’ai pu en vivre et connaître une expérience à l’étranger. Mais pour moi, le point culminant de ma carrière, ça a été de jouer pour mon pays et de le représenter sur la scène internationale. »

S’il trouve son bonheur en club (en 1999, il est élu joueur de l’année par les supporters de Bristol), les belles années avec la sélection canadienne sont derrière lui. En 1999, les Canadiens ne sortent pas d’une poule proche de celle de 1991 (France, Fidji et Namibie vs France, Fidji et Roumanie). En 2003, il récupère difficilement d’une lourde blessure au genou mais part tout de même pour l’Australie. Les Canucks ne gagnent qu’un seul de leurs quatre matchs et c’est sur une défaite face aux Tonga qu’Al Charron met un terme à sa carrière internationale. Avec 80 sélections au compteur, et une image d’homme modeste et généreux, il fait déjà partie du panthéon du rugby canadien.

A LIRE / A VOIR AUSSI
Les surprises de la coupe du monde : Canada 1991
[vidéo] France-Canada 1991

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :