France – Japon 2003 : l’analyse

Bernard Laporte le concède volontiers : malgré le score, c’est une victoire brouillonne pour son XV de France. « A 20-6, on a commencé à déjouer, explique-t-il. On a continué à jouer à la main alors qu’ils étaient plus mobiles que nous. On a dépensé trop d’énergie à essayer de remonter la balle en se faisant des passes.

« En fait, on a essayé de jouer comme à l’entraînement. On a essayé d’emballer sans arrêt sans poser véritablement le jeu. Et pour cela, il faut être fort dans la conservation du ballon. »

Manque de maîtrise
Face à ces Japonais, les Français ont manqué d’alternance entre le jeu au pied et le jeu à la main, entre le jeu d’avants et le jeu des trois-quarts, ces derniers étant sans doute trop utilisés. Par ailleurs, s’ils n’ont pas connu d’entames de mi-temps catastrophiques comme face aux Fidji, cette fois, c’est la fin de 1ère mi-temps qui manqua de maîtrise, les Français encaissant dix points entre la 33ème et la 40ème minute.

Une défense friable
La défense, l’un des dadas de Laporte, n’a pas non plus été à la hauteur de ses attentes sur ce match. Les Français ont tout simplement manqué de complicité et de solidarité en défense (20 plaquages manqués).

« Mon inquiétude majeure concerne la défense, analyse Pierre Berbizier, consultant pour L’Equipe. C’est ce secteur, cheval de bataille de Bernard Laporte, qui ne donne pas entière satisfaction. Les Tricolores ont encaissé presque 50 pts en deux matches. C’est beaucoup trop et c’est malheureusement un problème récurrent pour l’équipe de France qui devra impérativement corriger cette carence, redéfinir certains rôles, sous peine de connaître de gros problèmes pour la suite de la compétition face à des équipes beaucoup plus fortes. »

La tentation d’une équipe type
Ce match donne donc des arguments à Bernard Laporte pour dégager une équipe type et s’appuyer dessus pour le reste de la compétition, les changements opérés pour ce match n’ayant pas apporté de plus-value. On peut en effet lire sur lequipe.fr que « Poitrenaud, Brouzet, Labit, Milloud, Bru n’ont surtout pas démérité mais on peut mesurer toute la complexité d’un système de jeu qui doit être réglé au millimètre et pratiqué le plus souvent possible par ses exécutants pour prendre toute sa mesure ».

Pour le match suivant contre l’Ecosse, Laporte le promet : « on alignera la meilleure équipe du moment ». Autrement dit, celle qu’il voit aller jusqu’au bout de l’épreuve.

A PROPOS DE CE FRANCE-JAPON 2003

SUR LA COUPE DU MONDE 2003

SOURCES
Lequipe.fr : du 17 au 19 octobre 2003

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :