Nouvelle-Zélande-France 1999 : l’avant-match des Français

Après avoir sorti les Pumas en quart, les Français prennent leurs quartiers à Londres pour préparer leur demi-finale. Mais la perspective de se frotter aux All Blacks n’a rien de rassurant.

« Avant la demi-finale, ils avaient la trouille au cul. Point barre. » C’est ainsi que Pierre Villepreux, dix ans après la demi-finale de la coupe du monde 1999, résume le sentiment qui animait les Français. Il est vrai que la comparaison avec les Blacks ne penchait pas en faveur des Français. Jusque dans les lieux de résidence, un monde séparait les deux équipes.

« On se sentait abandonnés de tous. Après notre début de coupe du monde complétement moisi, personne ne se demandait si on pouvait gagner »

« Les Blacks logeaient dans un golf de la banlieue chic de Londres, se souvient Olivier Brouzet. Nous, on avait vue sur une usine, une autoroute et une centrale électrique. Dans notre hôtel tout pourri, il y avait une équipe galloise de seconde zone qui préparait un match. La misère la plus totale. On s’est même posé la question de savoir si la FFR n’avait pas oublié de réserver un hôtel avant les demi-finales tellement elle croyait en nous. On se sentait abandonnés de tous. Après notre début de coupe du monde complétement moisi, personne ne se demandait si on pouvait gagner. Tout le monde se demandait plutôt combien on allait prendre contre les futurs champions du monde. Alors, on s’est dit qu’on allait s’offrir un beau cadeau. Juste pour nous. »

Face à la presse, on faisait mine d’y croire à l’image de Jo Maso qui déclarait : « Si nous n’avions pas la conviction que nous pouvons les battre, il n’y aurait aucun intérêt à venir ici pour jouer ». On se rassure comme on peut. Et pour se rassurer, les Français pouvaient compter sur le retour de Fabien Pelous après sa suspension. Ce serait le seul changement dans le XV de départ par rapport au match contre l’Argentine. Le Toulousain reprendrait sa place en deuxième ligne, faisant glisser Olivier Brouzet sur le banc et David Auradou en tribune.

Le XV de départ : Xavier Garbajosa – Philippe Bernat-Salles, Richard Dourthe, Emile Ntamack, Christophe Dominici – Christophe Lamaison, Fabien Galthie – Christophe Juillet, Olivier Magne, Marc Lievremont – Fabien Pelous, Abdel Benazzi – Franck Tournaire, Raphael Ibanez (cap), Cedric Soulette. Remplaçants : Ugo Mola, Stéphane Glas, Stephane Castaignede, Arnaud Costes, Olivier Brouzet, Pieter de Villiers, Marc de Maso.

« Après notre quart de finale contre l’Argentine, on avait fait une très grosse troisième mi-temps, improvisée »

Refusant l’humiliation que tout le monde leur annonce, Ibanez et ses hommes vont préparer ce match comme jamais. D’abord, ils vont se ressouder un peu plus au soir de leur qualification face aux Pumas. « Après notre quart de finale contre l’Argentine, on avait fait une très grosse troisième mi-temps, improvisée, se rappelle Lamaison. Je pense que tout le monde s’en souvient parce que c’est là  qu’on est devenus une vraie bande de potes et qu’on s’est dit qu’on pouvait faire un gros truc. Je crois même me souvenir que Villepreux a enlevé sa chemise. »

Les Bleus ont renoué le dialogue. Il va durer toute la semaine. « Toute la semaine, on s’est beaucoup parlé, on s’est dit des choses en face, afin que quinze frêles puissent dessouder quinze gaillards » confirme Dominici. Ibanez confirme : « Toute la semaine, j’ai dit aux joueurs qu’il fallait qu’ils se préparent à la guerre, puisque c’est le propre des All Blacks. Je leur ai répété ça tous les jours et si j’avais pu aller dormir avec chacun d’entre eux, je leur aurais encore dit en dormant. »

« Nous avions été très appliqués, de bons élèves parce que nous savions tous que le défi qui nous attendait était énorme »

Il poursuit : « Pendant toute la semaine, nous avons préparé ce match comme un examen de passage, vraiment très consciencieusement. Nous avions vraiment exploré toutes les facettes stratégiques possibles face aux Blacks, enfin s’il restait des choses à explorer ! Nous avions été très appliqués, de bons élèves parce que nous savions tous que le défi qui nous attendait était énorme. »

Skrela et Villepreux ont noté deux-trois failles dans le jeu des Blacks. Les joueurs les écoutent et testent des combinaisons aux entraînements. Surtout, les joueurs se prennent en main, comme ils le font depuis que Galthié est revenu aux affaires. « Le lundi, on s’est rassemblés, entre nous les joueurs, et on a regardé la déroute de Wellington qu’on avait subi quelques semaines auparavant, rappelle le demi de mêlée. On s’est même fait un montage sur ordinateur. On l’a fait sans en parler aux coachs. Vraiment un truc entre nous. Et là, on s’est aperçu que les sept essais que nous avions encaissés venaient de nos propres erreurs et non pas de leurs initiatives. Il y a eu une prise de conscience instantanée. »

A PROPOS DE CE NOUVELLE-ZELANDE-FRANCE  1999

SUR LA COUPE DU MONDE 1999

SOURCES

  • « French flair meets All Black might » : bbc, 29 octobre 1999
  • « Marshall axed by All Blacks » : bbc, 29 octobre 1999
  • Chris Laidlaw, « We must not write the French off » : New Zealand herald, 30 octobre 1999
  • « Loss to France does not bear contemplation » : New Zealand herald, 30 octobre 1999
  • « Le XV de France et la coupe du monde » : L’Equipe Saga, numéro 4août 2011
  • « Le match le plus renversant » : L’Equipe magazine, 25 août 2007
  • Christophe Lamaison, « les paroles de Raphaël Ibanez » : Midi Olympique, le guide de la coupe du monde 2007
  • « Spécial coupe du monde 2007 » : Sud Ouest, juin 2011
  • Cédric Beaudou, Lionel Chamoulaud, « Paroles de capitaines » : Mango Sport, 2006
  • Richard Escot, « Les exploits du XV de France » : Solar, 2003
  • Ian Borthwick, « France-All Blacks : 100 ans de rencontres » : Au vent des îles, 2006
  • « Après la déconfiture, les kiwis sont verts » : Libération, 4 novembre 1999
  • « Le plus grand match de l’après-guerre » : L’humanité, 2 novembre 1999
Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :