Nouvelle-Zélande-France 1999 : après le match

Des Français euphoriques, des Néo-Zélandais à la limite du deuil et une presse enthousiaste. Toutes les réactions au lendemain de ce match de légende.

Dans le camp français, c’est évidemment l’enthousiasme. On prend des drapeaux tricolores aux supporters, on fait grimper sa petite fille sur les épaules (Tournaire fera ainsi la une de Paris-Match) et on entame un tour d’honneur interminable. « On a réussi à renverser la montagne, se réjouit Ibanez. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé dans la tête des joueurs. Je ne cesse de dire que c’est une équipe bizarre. C’est peut-être tout simplement parce que nous sommes… Français. Un coup brillant, un coup absent. C’est un sentiment de joie collectif très fort. »

« On a gagné parce qu’on a vraiment détaillé leur jeu. Parce que nous les joueurs, nous y croyions vraiment, et parce que le jour J nous avons su nous transcender »

Galthié se veut plus pragmatique : « Cette victoire n’est vraiment pas le fruit du hasard. On a gagné parce qu’on a vraiment détaillé leur jeu. Parce que nous les joueurs, nous y croyions vraiment, et parce que le jour J nous avons su nous transcender. » A posteriori, Lamaison, le héros du jour, reconnaîtra que ce match face aux Blacks n’était qu’une parenthèse enchantée dans cette coupe du monde : « Entre les rencontres de la première phase pas toujours bien négociés et la finale en partie ratée, ce match face aux Blacks est un instant rare, presque isolé dans cette coupe du monde. »

N’empêche, les Français peuvent savourer. Et ils ne s’en privent pas comme Soulette lorsqu’il recroise Kronfeld lors du banquet d’après-match. « Au banquet d’après-match, je discutais avec Fabien Galthié et le prince Albert de Monaco, se rappelle-t-il. Josh Kronfeld débarque. Moins groggy qu’un peu plus tôt dans la journée. Il se tourne vers Galthié, qui parle anglais, me désigne d’un regard en coin et fait tourner son index sur sa tempe. En gros, il voulait me fait comprendre que j’étais complétement fêlé. »

« Kronfeld me désigne d’un regard en coin et fait tourner son index sur sa tempe. En gros, il voulait me fait comprendre que j’étais complétement fêlé »

Le lendemain, la presse dresse des lauriers au XV de France, à commencer par L’Equipe. Pierre Michel Bonnot commence son article ainsi : « Et l’on voudrait nous expliquer que tout cela n’est qu’un jeu, que le rugby peut se mettre en équation, que tout le bastringue était prémédité et que la reine d’Angleterre ne va pas en avaler son chapeau ? Mais ce meurtre parfait dans un jardin anglais, cet improbable triomphe du cœur et de la raison a fait passer une victoire 3-0 face au Brésil en finale de la coupe du monde de foot pour un aimable concours de circonstances, est si énorme, si totalement jubilatoire, qu’il faudrait être fou pour en tirer le moindre théorème »

La presse internationale s’enthousiasme également pour l’exploit français. « Il s’agit peut-être ni plus ni moins du plus grand match de rugby de l’après-guerre, écrit le journaliste de The Star, le quotidien de Johannesburg […] plus palpitant que la demi-finale Australie-France du Mondial 87, plus passionné que le légendaire Barbarians-All Blacks ».

« Ridiculisés, jetés à la poubelle, les Français flamboyants ont mis les puissants All Blacks à genoux en produisant un show d’une splendeur absolue »

Les journaux anglais sont les plus dithyrambiques. « Seuls les fabuleux Français peuvent faire cela » écrit le Daily Telegraph. Dans le Daily Mail, qui titre « la revanche des Misérables », on peut lire : « Ridiculisés, jetés à la poubelle, les Français flamboyants ont mis les puissants All Blacks à genoux en produisant un show d’une splendeur absolue »

A l’euphorie française s’oppose la détresse des Néo-Zélandais. Ils ne comprennent pas ce qui leur est arrivé. «J’ai sans doute fait mon meilleur match contre la France ce jour-là, mais ce n’était pas suffisant, confesse Lomu. (…) Si tu prends du recul, si tu rembobines la cassette et tu regardes le match de nouveau, les Français ont joué un rugby fantastique. Et je pense sincèrement que beaucoup de gens se souviendront de ce match en 1999 comme l’un des plus grands matchs de l’histoire du rugby international. »

« C’est à mi-chemin entre un deuil et une colossale gueule de bois »

Dans un article de son envoyé spécial, Libération décrit le sentiment qui anime la Nouvelle-Zélande au lendemain du match : « C’est à mi-chemin entre un deuil et une colossale gueule de bois (…) En réalité, cette défaite est beaucoup plus qu’une défaite, c’est une humiliation. D’autant plus que les « Kiwis », chantres du low profile, champions de la modestie, se sont fait prendre en flagrant délit de vanité, d’arrogance et de trop-plein de confiance en soi. Non seulement l’équipe, mais aussi le pays tout entier. »

A PROPOS DE CE NOUVELLE-ZELANDE-FRANCE  1999

SUR LA COUPE DU MONDE 1999

SOURCES

  • « French flair meets All Black might » : bbc, 29 octobre 1999
  • « Marshall axed by All Blacks » : bbc, 29 octobre 1999
  • Chris Laidlaw, « We must not write the French off » : New Zealand herald, 30 octobre 1999
  • « Loss to France does not bear contemplation » : New Zealand herald, 30 octobre 1999
  • « Le XV de France et la coupe du monde » : L’Equipe Saga, numéro 4août 2011
  • « Le match le plus renversant » : L’Equipe magazine, 25 août 2007
  • Christophe Lamaison, « les paroles de Raphaël Ibanez » : Midi Olympique, le guide de la coupe du monde 2007
  • « Spécial coupe du monde 2007 » : Sud Ouest, juin 2011
  • Cédric Beaudou, Lionel Chamoulaud, « Paroles de capitaines » : Mango Sport, 2006
  • Richard Escot, « Les exploits du XV de France » : Solar, 2003
  • Ian Borthwick, « France-All Blacks : 100 ans de rencontres » : Au vent des îles, 2006
  • « Après la déconfiture, les kiwis sont verts » : Libération, 4 novembre 1999
  • « Le plus grand match de l’après-guerre » : L’humanité, 2 novembre 1999
Advertisements
Tagué , , ,

2 réflexions sur “Nouvelle-Zélande-France 1999 : après le match

  1. faucheux dit :

    super article !!!
    très bien documenté !!!
    C’était vraiment un match d’exception !!! un truc de ouf !!!

    par contre la dernière partie du dossier « après le match » c’est le même article que « deuxième période ».
    J’aimerais vraiment connaître comment s’est passé l’après match

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :