Coupe du monde 1995 : France-Tonga

Pour le XV de France, cette ouverture de la coupe du monde 1995 face au Tonga a comme un goût d’exotisme.

Ce match contre le Tonga, c’est une plongée dans l’inconnu pour le XV de France. Une plongée dans l’inconnu parce que d’une part c’est son entrée dans la compétition, et d’autre part parce qu’on ne sait pratiquement rien sur cette équipe. Les informations se limitent à des notions géographiques (un archipel du Pacifique peuplé d’environ 100.000 habitants) et un vague souvenir de la coupe du monde 1987 au cours de laquelle les Tongiens avaient subi trois défaites face au Canada, au Pays de Galles et à l’Irlande, encaissant pratiquement 100 points.

Même s’il a été décevant pendant le Tournoi, le XV de France, fort d’une bonne préparation, nourrit cependant des ambitions pour cette coupe du monde. Il ne doit donc pas rater son entrée en matière. Berbizier décide d’aligner une équipe qui ressemble fort à son quinze type. Par rapport à l’équipe qui a disputé le dernier match du Tournoi en Irlande, on note simplement trois changements : Lacroix à la place de Mesnel au centre, Hueber pour Accocceberry à la mêlée, et Gallart pour Califano à droite de la première ligne.

Le XV de départ
Sadourny – Ntamack ; Sella ; Lacroix ; Saint-André (cap) – Delaigue ; Hueber – Benetton ; Cecillon ; Benazzi – Brouzet ; Merle – Gallart ; Gonzalez ; Armary
 

« J’ai vu beaucoup trop de Narcisse sur le terrain qui pensaient à recevoir plutôt qu’à donner. Notre ambition passe pour de la prétention »

Malgré la préparation et bien que l’équipe apparaisse plutôt rodée, la mise en action du XV de France va être des plus laborieuses. A la mi-temps, il ne mène que 6-0 grâce à un drop de Delaigue et une pénalité de Lacroix. A l’heure de jeu, l’écart est toujours de +6 en faveur des Français, Tu’ipulotu, l’ouvreur tongien, ayant répondu à Lacroix sur pénalité.

La différence va se faire difficilement après l’heure de jeu. Lacroix marque un premier essai, le 1.000ème du XV de France, imité par Hueber et Saint-André, avant de marquer son 2ème essai de l’après-midi en fin de match. Dans les arrêts de jeu, le Tonga va sauver l’honneur par Va’enuku, ramenant le score à 38-10, un score qui n’indique pas vraiment les difficultés qu’ont connu les Français pour s’imposer.

« J’ai eu honte »

L’ouvreur tongien Tu’ipulotu a ainsi raté six pénalités plutôt aisées. Au soir du match, Pierre Berbizier ne peut donc pas être satisfait et il ne s’en cache pas devant la presse : « Les joueurs feraient bien d’avoir de l’amour pour ce qu’ils font. Je crois qu’ils n’aiment qu’une chose : eux-mêmes. J’ai vu beaucoup trop de Narcisse sur le terrain qui pensaient à recevoir plutôt qu’à donner (…) Notre ambition passe pour de la prétention. » Philippe Sella résume parfaitement le sentiment qui anime les Français après ce match : « J’ai eu honte ».

A PROPOS DE CE XV DE FRANCE 1995

SUR LA COUPE DU MONDE 1995

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :