Coupe du monde 2003 : la préparation du XV de France

Deux mois de préparation, divisé en deux phases, l’une exclusivement physique, l’autre plus tournée vers le jeu : c’est le temps dont dispose le XV de France pour aiguiser ses ambitions et se préparer à la coupe du monde.

Les Français ont rendez-vous le 30 juillet pour débuter leur préparation à la coupe du monde, une préparation qui a fait l’objet d’un accord en avril 2002 entre Serge Blanco, pour la LNR, Bernard Lapasset, pour la FFR, et Serge Simon, pour Provale. Les trois entités s’entendent sur le fait que les joueurs seront libérés par leurs clubs à compter fin juillet afin qu’ils puissent suivre un stage d’oxygénation à Val d’Isère du 4 au 14 août. Le montant de l’indemnisation que devra verser la FFR à la Ligue, pour compenser l’absence des internationaux de leur club durant presque quatre mois approche les 2,5 millions d’euros.

Mise en condition
Avant de partir à Val d’Isère, les Bleus vont subir trois jours de tests physiques à Marcoussis, le mois d’août étant ensuite entièrement consacré à la préparation physique. Un premier pépin surgit lors du stage de Val d’Isère. Victime d’une chute en VTT, Pieter de Villiers doit renoncer à la coupe du monde. C’est le Toulousain Jean-Baptiste Poux qui est appelé pour le remplacer dans le groupe.

Le mois de septembre doit être consacré à la dimension technique et tactique avec une double confrontation face à l’Angleterre. Mais impatient de retrouver le terrain, le XV de France ajoute un match contre la Roumanie à Lens le 22 août. La victoire 56-08 est anecdotique et peu d’enseignements sont à tirer de cette rencontre. Elle aura au moins permis à Brian Liebenberg d’effectuer ses premières courses sous le maillot du XV de France.

Place au jeu
Les 30 août et 7 septembre, c’est le grand rendez-vous face à l’Angleterre, l’un des principaux favoris pour la coupe du monde. Malheureusement, Laporte et Woodward décident d’aligner leur équipe type uniquement à la maison. A Marseille, Galthié et ses hommes viennent difficilement à bout de l’Angleterre « B », 17-16. Une semaine plus tard, à Twickenham, c’est par contre un festival du XV de la Rose face aux réservistes français : 45-14. « C’est un match riche en enseignements, déclare Laporte après cette déroute. Il faut retenir la force de cette équipe anglaise qui peut s’appuyer sur 40 joueurs du même calibre, ce qui n’est pas forcément notre cas. Il faut aider ceux qui ont du retard à titiller les titulaires ». Ce qui est sûr, c’est que plusieurs joueurs français ont fait une croix sur leurs ambitions de titularisation pour la coupe du monde.

Histoire de parfaire les automatismes, le XV de France va se produire une quatrième fois, sous le nom du XV du Président lors d’un match contre les Barbarians français à Narbonne. Ce match, remporté aisément 83-12 (« Un match de kermesse, une exhibition ou au mieux un entraînement en maillot » écrivit L’Equipe), permet surtout à Tony Marsh d’effectuer son retour sur les terrains.

Le 30 septembre, après une semaine en famille, les Français embarquaient pour l’Australie. Une fois sur place, ils disposeraient d’une grosse semaine de récupération du décalage horaire avant d’entrer dans la compétition.

LE XV DE FRANCE ET LA COUPE DU MONDE 2003

A LIRE AUSSI SUR LA COUPE DU MONDE 2003

SOURCE
Lequipe.fr : juin / novembre 2003

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :