France-Angleterre 1991 : après le match

Une discussion un peu trop franche dans les couloirs du Parc… Un groupe qui se disperse… Des sélectionneurs démissionnaires… Cette défaite face aux Anglais fait mal. Très mal…

Les Anglais ont gagné et les Français ont du mal à l’accepter. A chaud, ils ont surtout envie de se ruer sur cette arbitre néo-zélandais qui a laissé faire Carling et ses boys en toute impunité. Daniel Dubroca ne va pas qu’y penser. Ne supportant pas cette injustice, dans les couloirs du Parc, le sélectionneur empoigne M. Bishop et le traite de merde.

L’affaire ne va pas en rester là. Malgré sa réputation de probité absolue, la presse anglaise va mettre à prix la tête de Dubroca à prix. Le président Ferrasse reçoit un rapport de l’arbitre. Malgré la lettre d’excuses de Dubroca, il ne peut pas rester inactif. Le 25 octobre, Dubroca est contrait de démissionner. L’autre sélectionneur, Jean Trillo, n’a pas attendu quatre jours pour prendre sa décision. Dès le dimanche suivant le match, il adressait sa démission à la FFR. Quelques semaines plus tard, par défaut, on faisait appel à Pierre Berbizier, le banni de 91, pour prendre les renes du XV de France.

Le manque d’ambition des Français
Mais revenons au match. Plusieurs observateurs étrangers ont assisté au match et aucun d’entre eux ne comprend comment cette équipe de France a pu perdre. Andy Haden, l’ancien All Black, constate : « Jamais ne n’ai vu les Français aussi maladroits ». Cliff Morgan, l’ancioen stratège gallois, renchérit : « A 10-10, les Français ont arrêté de se passer la balle et ont très mal joué au pied. Ce qui est dommage car ils devaient battre ainsi les Anglais. » C’est sans doute le journaliste anglais Tony Roche qui résume leur mieux leur opinion : « Ce n’est pas l’Angleterre avec son pauvre jeu qui a gagné, mais la France qui a perdu la tête et laissé glisser de ses mains une victoire. »

« Jamais ne n’ai vu les Français aussi maladroits »

Côté français, on partage cette opinion. « Nous avons manqué d’intelligence, explique Mesnel. Trop de conneries ont été faites. Il faut éviter de faire certaines erreurs et anticiper les décisions de l’arbitre. » Depuis les tribunes, Berbizier fait un constat similaire : « Ils n’ont pas été au bout de leurs intentions. Lorsque les Anglais étaient déséquilibrés devant, il fallait donner immédiatement du mouvement en suivant pour les déborder. Car les Anglais ont passé vingt minutes en zone rouge… Ils nous ont battu sans rien créer. Si on avait pu les faire courir un peu plus… La France a pêché par manque de transformation dynamique du jeu. »

Dans L’Equipe du 21 octobre, Richard Escot écrit : « Cette défaite laissera des traces dans les esprits. Elle est la faillite avouée d’une génération qui ne parvient pas depuis 1988 à surclasser l’Angleterre et son rugby-clinique. Cette chute-là, en quarts de finale, est son épitaphe. »

Amertume
Il ne croit pas si bien dire. « Je suis allé à la conférence de presse d’après-match mais je ne suis pas rendu à la réception, au banquet, se rappelle. Je n’avais vraiment pas envie de faire la fête de prolonger ce mauvais souvenir. Dès le lendemain, j’étais rentré chez moi. »

« De toute ma carrière, je n’ai pas gardé beaucoup de mauvais souvenirs de rugby, confie Eric Champ. Mais celui-là reste véritablement un mauvais souvenir »

Car cette défaite laisse un gout très amer dans la bouche des Français. « De toute ma carrière, je n’ai pas gardé beaucoup de mauvais souvenirs de rugby, confie Eric Champ. Mais celui-là reste véritablement un mauvais souvenir. » Il poursuit : « Les dernières images qu’il me reste de cette coupe du monde sont celles d’un groupe hagard dans le hall du Concord Lafayette. On est au courant pour Daniel, qui a pété un plomb à la fin du match et s’en est pris à l’arbitre. On est triste pour lui (…) Tout se termine en eau de boudin. On parle de rester un jour de plus à Paris pour prolonger la fête. Mais personne ne décide de rien. En fait, personne n’a le cœur à la fête. Elle est gâchée. L’aventure humaine est belle quand tu gagnes. Pas quand tu perds pour des trucs à la con… »

« Ce match, c’est la lumière qui s’éteint » résume Philippe Sella.

A PROPOS DE CE FRANCE-ANGLETERRE 1991

TOUT SUR LA COUPE DU MONDE 1991

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :