Nouvelle-Zélande – France 1987 : le match

Effacer Nantes pour être sacré champion du monde : c’est ce que les Blacks ont en tête au moment de pénétrer sur la pelouse de l’Eden Park. Un peu de méthode et beaucoup d’application feront le reste.

« Perdre, c’est pour les branleurs ! Nous, on n’est pas des branleurs ! », clame Andy Dalton, le capitaine blessé des All Blacks aux joueurs au moment où ils s’apprêtent à pénétrer sur la pelouse de l’Eden Park. C’est le seul éclat de voix dans toute la préparation de cette équipe. Les Blacks sont sereins. Quelques minutes auparavant, Brian Lochore, le manager, s’était adressé à ses joueurs, posément : « Vous êtes une bonne équipe mais vous n’êtes pas encore une grande équipe. Si vous gagnez aujourd’hui, vous pourrez le dire et dans vingt ans, vous pourrez toujours en parler. Les grandes équipes ne meurent jamais. »

« Perdre, c’est pour les branleurs ! Nous, on n’est pas des branleurs ! »

Côté français, on est beaucoup moins serein. Pour préparer ce match, Fouroux a usé de tous les artifices, motivant ses troupes à l’ancienne. Un peu plus d’une heure avant le coup d’envoi, il a fait un tour de terrain avec ses joueurs, en blazers. Il leur a parlé. Plusieurs s’entre eux ont éclaté en sanglots.

Au moment du toss, Dubroca a repris ses esprits. C’est à lui de faire le choix. Il y a du vent et le soleil va tomber en seconde mi-temps. Il opte logiquement pour jouer face au vent et face au soleil au coup d’envoi. Kirk dira qu’il n’aurait pas fait le même choix. Dans ces conditions, la France s’apprête à résister et elle le fait plutôt bien, même si elle doit céder dès la 17ème minute sur un essai de Michael Jones. Un coup du sort, en fait, comme le reconnaître David Kirk : « Pendant une longue période, c’était une sorte de bras de fer : deux gros packs, un ballon glissant, et deux équipes qui ne prenaient pas beaucoup de risques. D’ailleurs, lorsque Michael Jones a marqué son essai, c’était un coup de chance parce que c’est parti d’une tentative de drop de Grant Fox qui était contré et qui est allées s’échouer aux pieds des poteaux. »

« Pendant une longue période, c’était une sorte de bras de fer »

A la mi-temps, il n’y a que 9-0 en faveur des Blacks. A la reprise, il vont avoir le soleil dans les yeux et le vent contre eux. Tout est encore jouable pour les Français. D’ailleurs, quatre mintues après le repos, Cambérabéro inscrit les trois premiers points français sur une pénalité (9-3). Mais les Blacks vont reprendre les choses en main, portant leur avance à 15-3 après que Grant Fox eut passé deux pénalités.

Le tournant du match intervient peu après l’heure de jeu avec l’essai de David Kirk. « Quel moment incroyable, se souvient le demi de mêlée des Blacks ! Marquer cet essai était le moment le plus incroyablement émotionnel que je n’aie jamais senti sur un terrain de rugby. La raison était que je savais, j’avais la conviction absolue que nous l’avions fait ! Nous étions champions du monde ! Parce que le score est passé à 19-03 et l’écart était définitivement creusé ».

« C’était les derniers clous plantés sur le cercueil des Français »

Trois minutes plus tard, c’est au tour de John Kirwan d’aplatir dans l’en-but français. Le score passe à 23-3. David Kirk : « C’était presque inconcevable : en deux minutes, nous les avons complétement fendus ». Wayne Shelford, qui conservait un souvenir douloureux de la défaite de Nantes, ajoutera : « C’était les derniers clous plantés sur le cercueil des Français ». Fox ajoutera deux pénalités avant que dans un dernier baroud d’honneur, les Français parviennent à forcer la défense des Blacks par Berbizier : 29-9, score final. Les Blacks ont appliqué méthodiquement leur plan de jeu et sont logiquement champions du monde.

A PROPOS DE CE NOUVELLE-ZELANDE-FRANCE  1987

SUR LA COUPE DU MONDE 1987

SOURCES

  • Ian Borthwick, « France-All Blacks : 100 ans de rencontres » : Au vent des îles, 2006
  • « Le XV de France et la coupe du monde de rugby » : L’Equipe Saga, n°4, août 2011
Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :