H Cup : la menace de boycott des Français

En vitrine, tout va bien pour la coupe d’Europe : des stades pleins et joyeux, des caisses remplis et un attrait sportif désormais avéré. Mais en coulisse, ce n’est pas le même tableau. Les Anglais se chamaillent ce qui ne plait pas aux Français qui menacent de quitter la scène européenne, au grand désespoir des Celtes et des Italiens.

« La saison prochaine sera triste pour nous, explique Marc Delpoux, l’entraîneur de Calvisano au printemps 2007. Si nous en restons là, ce sera un retour en arrière de dix ans, car si l’Italie a remporté deux matches sur le tournoi, c’est grâce à cette Coupe d’Europe. Et si 8 joueurs de Calvisano ont été sélectionnés dans l’équipe nationale, c’est parce qu’ils ont progressé en jouant cette compétition, et qu’ils s’y sont fait remarquer ».

Les clubs français, suivis depuis peu par les clubs anglais, menacent en effet sérieusement de ne pas disputer la prochaine édition d’une coupe d’Europe que l’on estime pourtant plus attrayante que jamais. Chez les Celtes et les italiens, c’est la panique. Du côté de Llanelly, qualifié pour les demi-finales de la H Cup, on estime ainsi la perte de revenus à 750.000 euros, une somme considérable au regard du budget de la province.

Comment en est-on arrivé là ? Les accords de Paris signés en 1999, qui régissent la coupe d’Europe et notamment la répartition financière entre les participants, arrivent à échéance à la fin de l’édition 2006-2007. Le principal enjeu des négociations pour les Français et les Anglais réside dans la récupération d’une partie des actions alors entre les mains de leurs fédérations respectives.

Côté français, LNR et FFR se sont entendues pour une répartition à 50-50. Ce n’est pas le cas du côté anglais où la RFU fait blocus. Elle souhaite même mettre en place un championnat avec des équipes franchisées et décide de couper court aux discussions. En janvier, constatant, qu’elle ne parvient pas à faire aboutir ses doléances, la LNR décide de mettre ses menaces de boycott à exécution.

Le 16 janvier, dans un communiqué, elle annonce : « Devant la gravité et l’urgence de la situation, la LNR a consulté l’ensemble des présidents du Top 14 qui ont unanimement indiqué que les conditions n’étaient pas réunies pour que la LNR s’engage dans un nouvel accord pluri-annuel sur les Coupes d’Europe et de ce fait que les clubs français n’y participeraient pas la saison prochaine »

On craint alors que les clubs anglais n’emboitent le pas de leurs collègues français. En février, ils annoncent qu’ils soutiennent les clubs français mais « réservent » leur réponse quant à éventuel boycott. Mais début avril, leur décision est prise. Le 5, ils officialisent leur boycott de la coupe d’Europe pour la saison 2007-2008.

Phil Davies, directeur général des Wasps, dans The Guardian, déclare alors : « Si la RFU persiste dans son point de vue, on peut se demander s’il y aura une Coupe d’Europe la saison prochaine. Cela mettrait en péril l’avenir du tournoi. » Dans le même temps, la RFU menace de procès les clubs qui s’étaient engagés à participer à la coupe d’Europe jusqu’à la saison 2009. Mais cette menace est inopérante.

C’est à ce moment que Bernard Lapasset, le président de la FFR (qui ambitionne alors la présidence de l’IRB), entre dans le jeu pour jouer le rôle de médiateur. « C’est un peu compliqué de savoir ce qui va se décider en Angleterre, explique-t-il. Les deux parties sont représentées par des sociétés qui sont en concurrence. A l’heure actuelle, la passion prend le pas sur la raison. La politique de la chaise vide n’est pas une solution. C’est la solidarité entre la Fédération et la Ligue qui fait notre force. Il ne faut pas oublier que les Anglais sont déjà partis deux fois de la Coupe d’Europe. Et qu’ils ont toujours fini par revenir… »

Le 8 mai, une réunion à Dublin permet déjà d’éclaircir l’horizon mais aucune annonce n’est faite. Il faut attendre le matin de la finale de la coupe d’Europe pour que la crise soit définitivement résolue. Bernard Lapasset annonce que les clubs anglais et français ont décidé de retirer leur menace de boycott de la prochaine coupe d’Europe. Dans la foulée, l’ERC annonce que la rédaction du protocole remplaçant les accords de Paris serait définitive dans les jours à venir. Il garantira que ce sont bien des clubs qui représenteront l’Angleterre, la France et l’Italie, et non des franchises, en coupe d’Europe

SOURCES

  • « L’Europe… sans la France ! » : sports.fr, 17 janvier 2007
  • « Au tour des Anglais ! » : sud ouest, 7 février 2007
  • « Europe : la menace de boycott gagne les clubs anglais » : Le Figaro, 3 avril 2007
  • « La coupe n’est pas assez pleine » : Libération, 7 avril 2007
  • « Le boycott levé ! » : rugbyrama, 20 mai 2007

A LIRE AUSSI

 

Publicités
Tagué ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :