Jock Hobbs : éminence noire

JOCK HOBBS AURAIT PU ETRE LE CAPITAINE DES BLACKS CHAMPIONS DU MONDE CHEZ EUX EN 1987. IL FUT CELUI QUI OFFRIT CE PRIVILEGE A RICHIE MC CAW 24 ANS PLUS TARD…

En 1986, Jock Hobbs quitte la pelouse de la Beaujoire la tête basse : les Français viennent de marcher sur ses Blacks et c’est sur cette défaite qu’il honore la dernière de ses 21 sélections. Quelques mois plus tard, lorsqu’il regarde David Kirk soulever la première coupe du monde, il se dit qu’il aurait très bien pu être à sa place.

C’est sans doute ce sentiment qui le portera une quinzaine d’années plus tard, alors qu’il est dévenu président de la NZRFU, de se battre pour que son pays obtienne l’organisation de la coupe du monde. Et c’est sans doute d’abord et avant tout pour son rôle dans cette aventure que Hobbs restera dans la mémoire des amateurs de rugby en Nouvelle-Zélande.

Car sa carrière de joueur n’a rien d’extraordinaire. On la qualifiera juste d’honorable. En 1981, à 21 ans, il débute avec Canterbury en NPC. L’année suivante, il remporte le Ranfurly Shield qu’il défendra victorieusement jusqu’en 1985. En 1983, il décroche le NPC. La même année, il fait ses débuts en sélection à l’occasion de la tournée des Lions. Il y restera jusqu’à cette défaite de Nantes, héritant du capitanat à quatre reprises.

Par la suite, il officiera en tant qu’avocat développant des qualités décisives lorsqu’il accède à la présidence de la NZRFU en 2002. La Nouvelle-Zélande vient de perdre le droit d’organiser la coupe du monde 2003 conjointement avec l’Australie. Hobbs va alors se démener pour offrir à son pays la coupe du monde et surtout pour convaincre l’IRB que ce petit pays étant capable d’honorer le cahier des charges d’une coupe du monde.

La victoire des hommes de McCaw en octobre dernier n’est que l’aboutissement du combat de Hobbs. « Il faut déjà rendre hommage à Jock Hobbs, reconnaissait John Hart, l’ancien sélectionneur des Blacks et son entraîneur à Canterbury, au soir de la victoire des All Blacks contre la France. Repensez où nous en étions dans le monde du rugby en 2003 : après avoir perdu le droit d’organiser la coupe du monde, nous étions en plein désarroi. Ce sont Jock Hobbs et Chris Moller qui ont reconstruit la réputation de la Nouvelle-Zélande sur la scène mondiale. »

Pour Colin Meads, Hobbs est tout simplement « l’homme qui a sauvé le rugby en Nouvelle-Zélande ».

+ LA CARRIERE DE JOCK HOBBS EN IMAGES

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :