Pumas-All Blacks 1985 : un autre monde

D’HABITUDE QUAND LES BLACKS SE DEPLCACENT POUR LA PREMIRER FOIS CHEZ UNE NOUVELLE NATION, ILS COMMENCENT PAR LEUR COLLER UNE BONNE RACLEE. ET S’IL DOIT Y AVOIR UN DEUXIEME TEST, ILS DOUBLENT LA MISE. SAUF QU’EN ARGENTINE, DANS LES ANNEES 1980, ILS AVAIENT HUGO PORTA.

Dans les années 1980, l’Argentine va changer totalement de visage. La dictature est en train de prendre fin sous la présidence de Raul Alfonsin et le sacre des équipiers de Maradona fait oublier celui de 1978 et de Videla. En rugby aussi, la mutation est en marche. Les Français en avaient déjà fait les frais. Les Blacks n’en furent pas loin.

MONTEE EN PUISSANCE
Jusqu’à cette tournée de 1985, les Pumas n’avaient jamais affrontés les Blacks en test officiel. Ils avaient reçu les Français à plusieurs reprises et leur avaient même botté les fesses pour la première fois le 22 juin (victoire 24-16), confirmant leur montée en puissance.

Cette montée en puissance avait débuté dans les années 1960 : victorieux des juniors sud-africains en 1965, ils s’imposaient contre le Pays de Galles et l’Ecosse en 1968 et 1969. Une nouvelle génération confirmait ces promesses à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Sous les couleurs des Jaguars, les Argentins venaient à bout des Springboks en 1982 à Bloemfontein.

Ils avaient donc mérité la première visite du maître black pour une série de deux tests matchs à l’automne 1985. Le premier test se soldait par une défaite logique, 20-33. Mais elle ne décourageait pas les Pumas. Pour le test du 2 novembre, les sélectionneurs décidaient de reconduire le même quinze de départ alors que les Blacks effectuaient deux changements : Wayne Smith prenait la place de Grant Fox à l’ouverture et Murray Pierce, blessé, était remplacé par Gary Whetton en deuxième ligne.

A LA BOTTE DE PORTA
Auteurs de quatre essais une semaine plus tôt, les All Blacks passaient encore quatre fois la ligne d’en but des Argentins. Mais cette fois, ils ne parvenaient pas à se détacher au score. Fidèle à leur réputation naissante, les Pumas s’accrochaient, mettant à mal les Néo-Zélandais dnas le combat d’avants, les poussant même à la faute, des fautes d’Hugo Porta, leur capitaine, sanctionnait systématiquement de trois points. Une fois, deux fois… sept fois, il envoya la balle entre les perches (quatre pénalités et trois drops). Au final, il inscrivait les 21 points des Pumas, 21 points synonymes d’un nul historique face aux All Blacks. A ce jour, cela reste la meilleure performance des Argentins face aux Blacks.

Ce match fut en quelque sorte l’apogée de cette génération de rugbymen argentins. Deux ans plus tard, avec un Hugo Porta sur le déclin, ils sont éliminés dès le premier tour de la coupe du monde par les Fidji. Les Blacks profitèrent de l’occasion pour remettre les choses à leur place en leur assénant un sec 46-15. Mais l’Argentine avait prouvé qu’elle pouvait rivaliser avec les meilleurs. Il lui faudra pourtant encore un quart de siècle pour qu’elle s’invite définitivement à la table des grands.

SUR LE MEME SUJET : PUMAS / ALL BLACKS 1985 – LA FEUILLE DE MATCH

Publicités
Tagué , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :