Wasps 2002/2005 : les indestructibles

Une défense inédite, un jeu qui va à 2.000, des joueurs de classe plus un gros caractère : ce sont les Wasps de Warren Gatland, maîtres de l’Angleterre et de l’Europe au milieu des années 2000.

« Ce sont des Anglais. Ils jouent plus avec leurs muscles qu’avec leur tête ». Le jugement est d’Olivier Saïsset, l’entraîneur de Perpignan, qui a affronté les Wasps de Warren Gatland à deux reprises lors du premier tour de la coupe d’Europe 2003-2004. Par deux fois, les Wasps ont pourtant corrigé les Catalans : 28 à 7 à l’Adams Park puis 34 à 6 à Aimé Giral, histoire d’assurer leur qualification lors de la dernière journée. Thomas Castaignéde qui côtoie ces Wasps dans la Premiership a une toute autre vision. Pour lui, les Wasps, « c’est puissant, c’est fort et ça va très vite ». Ça va aussi tout casser sur son chemin de 2002 à 2005.

Un recrutement ciblé
L’histoire de cette équipe commence en janvier 2001. Un mois plus tôt, Warren Gatland a été limogé de son, poste de sélectionneur du XV d’Irlande dans des circonstances assez troubles au profit d’Eddie O’Sullivan. Il signe alors pour les Wasps, où il remplace Nigel Melville, et prend ses fonctions dès le mois suivant. La saison est mal enclenchée : les Wasps accumulent les blessures de longue durée, à commencer par celle de leur capitaine Lawrence Dallaglio ; ils ont du par ailleurs quitter leur stade de Loftus Road (abandonné aux footeux de Fulham) pour le plus campagnard Park Adams.

En 3 mois, le Néo-Zélandais ne fit pas de miracle. Les Wasps terminent à la 7ème place de la Premiership et ratent du même coup la qualification pour la H Cup. Les observateurs notent tout de même une amélioration dans le jeu des Londoniens, une amélioration qui coïncide avec l’arrivée de Gatland et le retour de blessure de Dallaglio. Pour la reprise de la saison 2002-2003, les journalistes de la BBC voient ces Wasps terminer dans les quatre premiers malgré un effectif limité. Après tout, Gatland a prouvé avec l’Irlande sa capacité à travailler dans ces conditions.

« Certaines équipes ont une réelle profondeur de banc, de bons joueurs du 1 au 30. Nous, nous sommes probablement bons du 1 au 23 et ensuite on fait appel aux jeunes »

Avec des joueurs comme Dallaglio donc, mais aussi Worsley, Dowd, Logan ou Greening, l’effectif des Wasps ne manquent pas de talents. Mais il est vrai que son banc de touche n’est pas le plus fourni. Gatland constate que « certaines équipes – Leicester évidemment, et deux ou trois équipes irlandaises – ont une réelle profondeur de banc, de bons joueurs du 1 au 30. Nous, nous sommes probablement bons du 1 au 23 et ensuite on fait appel aux jeunes ». Alors qu’il attendait trois ou quatre joueurs supplémentaires, il doit se contenter d’une seule arrivée pendant l’intersaison, celle du demi de mêlée gallois Rob Howley.

Le déclic
Novembre 2002 : les promesses entrevues à la fin de la saison précédente semblent loin. L’équipe se traîne toujours à la 6ème place. Plus inquiétant : elle ne gagne aucun match au cours de ce mois. Le déplacement à Leeds va agir comme un déclic. A partir de ce match, et jusqu’à la fin de la saison, les Wasps vont remporter 18 de leurs 21 matchs. Ils accrochent un premier trophée, le premier depuis 2000 et la coupe d’Angleterre, avec le Challenge européen aux dépens de Bath (48-28).

En championnat, ils remontent à la deuxième place et doivent passer par une demi-finale contre Northampton qui cède 19 à 10. En finale, Gloucester ne fait pas le poids : les Cherry and Whites sont laminés 39 à 3 à Twickenham. Leur jeu est désormais bien rôdé : c’est une équipe surpuissante et explosive ; c’est surtout une équipe qui s’appuie sur une défense originale, la Rush défense, mise en place par Shaun Edwards (le treiziste avait rejoint les Wasps en 2001) et que peu d’équipes utilisaient alors.

La saison 2003-2004 marque l’apogée de cette équipe qui ne subit aucun changement à l’intersaison. Le gang de Dallaglio termine de nouveau deuxième du championnat et gagne le droit de disputer la finale en explosant Northampton (57 à 20). En coupe d’Europe, leur parcours est tout aussi impressionnant : 1er de la poule 6 (dans laquelle ils ne subissent qu’une seule défaite), ils sortent Gloucester en quart (34-3) mais surtout le Munster à Lansdowne Road (37-32). Le 23, à Twickenham, les Wasps viennent à bout de Toulouse (27-20) au terme de ce qui reste certainement la plus belle finale de coupe d’Europe. Une semaine plus tard, sur ce même stade de Twickenham, c’est au tour de bath de subir la loi des hommes de Gatland (10-6).

Fin de série ?
L’intersaison 2004 voit deux des joueurs emblématiques de cette équipe quitter le squad : le troisième Volley tente sa chance à Castres alors que Kenny Logan rentre en Ecosse, à Glasgow. Pour anticiper la retraite d’Howley, Gatland fait venir Matt Dawson, le demi de mêlée du XV de la Rose. Ça ne sera pas suffisant. Peut-être un peu repus (quatre titres en deux ans), les Wasps sont moins incisifs. En coupe d’Europe, ils ne sortent pas d’une poule terrible où ils croisent Biarritz et Leicester. En championnat, ils se qualifient de nouveau pour la finale après avoir terminé deuxième de la phase régulière et avoir éliminé les Sharks de Saint-André en demi-finale (44-22). Mais en finale, les Wasps sont sévèrement battus par le Leicester de Martin Johnson (14-39).

« Comment peut-on succéder à quelqu’un qui a eu autant de succès que Warren ? Ce sera le même problème pour celui qui succédera à Alex Ferguson »

C’est sur ce match que s’achève l’expérience de Warren Gatland avec les Wasps. En février, il avait en effet son intention de rentrer au pays, laissant les Wasps dans l’inquiétude : « Comment peut-on succéder à quelqu’un qui a eu autant de succès que Warren ? interroge David Davies, le directeur des Wasps. Ce sera le même problème pour celui qui succédera à Alex Ferguson. C’est une tâche ardue même si beaucoup de monde voudra le faire. » Les Wasps eurent finalement le nez creux en conservant Shaun Edwards dans leur staff et en faisant venir Ian McGeechan pour prolonger l’aventure.

sources
“Gatland joins Wasps“: rte.ie, 17 janvier 2002
“London Wasps [preview 2002/2003]” : bbc, 25 août 2002
“Howley signing brings hope to Wasps at new Wycombe home” : the independent, 28 août 2002
“Gatland to quit Wasps in summer” : bbc, 9 février 2005

Publicités
Tagué , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :